Interviews inspirants

Ici, je vous donne la parole à vous les personnes inspirantes…

 

 

Lundi 4 Février 2019,

Bonjour belle communauté du bonheur.

Nous nous retrouvons pour un nouvel interview inspirant.

Ils sont maintenant, mensuel et non plus hebdomadaire !

Le prochain aura lieu soit le 4 mars ou le 11 mars, donc notez bien dans vos agendas !

Ce mois-ci, nous accueillons une personne tout aussi charmante que Patricia Mignone du mois de janvier !

Sophie Mercier a bien voulu se prêter au jeu de mes questions/réponses, merci à toi.

Voici son interview

PIETRO DE FAZIO | PHOTOGRAPHE | www.pietrodefazio.com

SOPHIE MERCIER

Conseillère conjugale et familiale

Questions sur le fait d’écouter l’autre et d’être à sa place

 

1  – Bonjour Sophie, peux tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier et ton parcours, s’il te plait ?

J’ai 50 ans dans quelques semaines, quatre enfants de 26 à 11 ans (Une fille et trois garçons) et deux beaux enfants, dans deux mariages. Je me suis mariée très jeune. Ce qui me donne l’impression d’avoir déjà eu deux vies.

Je suis la fille de Jacques Mercier, monsieur dictionnaire en Belgique. Ma mère est décédée lorsque j’avais 21 ans, d’un cancer. Je suis entre deux frères, mais j’ai aussi par alliance, un frère et une sœur de plus. Je suis baignée dans une famille de communication, d’artistes et de liens affectifs et sociaux très développés.

Je suis institutrice maternelle, et j’ai enseigné 27 ans. Je suis aussi conseillère conjugale et familiale depuis 14 ans et coach en Mincithérapie® depuis deux ans. Depuis le mois de septembre 2018, j’ai quitté l’enseignement, monté une société pour laquelle je travaille en tant que coach, thérapeute, animatrice en vie affective et sexuelle, conférencière, auteure. J’accompagne des personnes, des couples, des familles dans leurs difficultés relationnelles en cabinet privé. Je leur propose aussi des ateliers pour apprendre en dehors des moments de crise. J’anime des enfants en classe primaire et secondaire autour des savoirs être relationnels et sexuels. J’accompagne des groupes de personnes en groupe qui veulent perdre leur poids émotionnel selon la technique de Mincithérapie®. J’aime travailler en équipe et découvrir le monde. J’aime aussi beaucoup écrire et communiquer.

Je suis passionnée par les relations, le lien, l’amour, la communication, l’éducation, la transmission. Je suis hypersensible. Cela signifie que je possède un don d’intuition et de réception sensitive développée. Je possède une rapidité d’apprentissage et donc, je suis assez autodidacte. Je me porte volontiers « cobaye » pour essayer de nouvelles techniques sur moi, avant de les proposer, me considérant comme un outil au service des autres.

J’ai travaillé sur moi, sur ma personnalité, sur mes acuités, sur mon savoir être depuis de nombreuses années.

 

2 –  Tu note sur ton site, que le métier de conseillère conjugale et familiale est mal connu. Peux tu nous expliquer en quelques mots en quoi cela consiste alors ?

L’identité du conseil conjugal est floue et très peu reconnue sur le terrain (peu d’ouverture dans le monde du travail, on préfère engager des psys). Pour moi, qui était pédagogue à la base, j’ai développé (comme chaque personne avec ses couleurs le ferait) une approche du Conseil conjugal plus pédagogique à mon avis. Le conseil conjugal est donc à mes yeux, un lieu d’expériences à faire et de clarification. Les personnes viennent expliquer leur situation, et à l’aide d’outils (pour moi issus de l’approche systémique, neuro cognitive et comportementale, PNL, Analyse transactionnelle), je mets les personnes au travail, en proposant des exercices. Ensuite, toute expérience est analysée ensemble pour découvrir qui ils sont et comment ils pourraient fonctionner ensemble. La conseillère conjugale et familiale n’est pas une sauveuse de couple ou de famille, ce n’est pas une psychologue non plus, c’est une technicienne qui remet en mouvement les personnes dans les situations qui se cristallisent.

Elle ne porte aucun jugement et n’a aucune solution, elle a juste des outils qui permettent de réfléchir et de communiquer ensemble. Elle rend l’autonomie aux personnes.

3 – Ces séances que tu proposes à tes clients, leur donnent un coup de pouce dans leur histoire, et toi que ressens tu en les aidant ?

Comme je ressens les émotions, cela peut m’aider à détecter là où il faut aller chercher, en mettant en lumière l’émotion. Mais je peux moi aussi profiter de leur bien être, au fur et à mesure qu’ils s’émerveillent de trouver les solutions, ils dégagent une énergie qui rayonne et cela se ressent, cela se communique énergétiquement. Partager le bien être est bénéfique pour tous. A contrario, j’ai appris à me protéger des émotions qui ne seraient pas bonnes pour moi. Ils peuvent les déposer à mes pieds, je ne les prends pas sur moi, elles restent là où elles doivent être, en leur possession, car c’est eux qui évoluent avec cela, même si je peux les regarder avec eux.

 

4 – Actuellement, nous voyons de plus en plus de personnes, familles, couples avoir recours à des conseillers, coachs. Penses tu que les gens aujourd’hui ne savent plus communiquer, parler, écouter, s’écouter ?

Il faut comprendre que le cerveau a plusieurs zones de travail. Les émotions font partie d’une zone qui ne nous donne pas de solutions. Pour sortir de cette zone, ne plus être victime d’une émotion, cela demande l’activation d’une zone de créativité et d’action. Malheureusement, la société, l’éducation, l’enseignement, n’a pas encore installé ce genre de nouvelles croyances partout, bien qu’on voit se développer toutes sortes de merveilleuses initiatives pour travailler sur les schémas neuronaux (médiation, relaxation, savoir être, compréhension des émotions etc…)

C’est en évolution. Les personnes qui viennent en thérapie, en coaching, viennent non pas soumettre à quelqu’un d’autre le problème et lui demander de le régler mais développer la capacité de prendre en charge eux-même la situation. Et tout ceci, sera probablement enseigné plus tard dans les écoles, dans les entreprises, dans la société… j’aimerais le croire en tous cas ! Non plus enseigner les savoirs mais les savoir être (être réactif, adaptatif, créatif et non pas soumis, y compris au sujet de nos émotions).

Je crois que nous communiquons, nous parlons, beaucoup même ! Mais le plus difficile est de méta-communiquer, c’est à dire avoir la capacité de réfléchir sur ce qui se passe et trouver les solutions, plutôt que de chercher à avoir raison. La thérapie permet cela : une réflexion et non pas la bagarre émotionnelle.

 

5 – Est ce aussi tes expériences qui te permettent d’avoir une bonne écoute pour tes clients ?

En effet, je pense qu’un thérapeute doit être « guéri » ou « soigné » pour se permettre d’écouter avec neutralité (ne pas juger ou guider les autres en fonction de soi). Au plus nous sommes en paix avec nous même, au plus ce sera facile d’écouter les autres avec détachement et bienveillance. J’ai été moi même écoutée par des thérapeutes pas guéris, … ça fait des dégâts, mais malgré tout, ils ont été de bons instructeurs : surtout ne pas faire comme eux. Mes propres chemins et blessures sont aussi de bons enseignements pour moi même et pour mon travail. Mais pas dans l’idée de recettes, mais plutôt d’ouverture. Tout est possible. Tout est expérience. Toutes les souffrances peuvent être source de développement à condition de leur donner cette mission là !

 

6 – Dans son livre « Le livre de la méditation et de la vie » Krishnamurti, dit que « écouter est source de liberté » et que  » cela est possible si on écoute en l’absence de toute idée, toute pensée ». Quelle résonance cela a pour toi ?

Que ce soit dans l’écoute de l’autre ou de l ‘écoute de soi, le mental ou la croyance ne nous permet pas la liberté. Il faut savoir ouvrir à tous les possibles, à toutes les libertés, à toutes les voies, pour permettre un mouvement vers autre chose. Aucun jugement ne peut être présent dans la vraie écoute.

Lorsque je médite, pour avoir accès à une réponse, je dois quitter mes pensées. C’est à ce moment là que la paix et la liberté peuvent arriver. Cela peut nous enseigner une bonne écoute pour les autres. Quitter nos pensées, nos idées, nos croyances pour entrer en liberté d’action et d’évolution.

 

7 – Faut-il, d’après toi avoir obligatoirement en face de soi quelqu’un qui nous écoute pour pouvoir s’écouter soi même, ou peut-on y arriver seul et si oui comment selon toi ?

Cela dépend des personnes, des enseignements, des modèles. Sur mon chemin thérapeutique, j’ai été écoutée, et j’ai eu par la méditation, l’expérience de m’écouter moi ; C’est une thérapeute qui me l’a enseigné, mais cela aurait pu être un parent, un prof, etc.

On peut apprendre à s’écouter soi tout seul si on en a envie. Cela demande une attention particulière à soi, un amour pour soi et du temps à se consacrer (pas facile avec l’éducation reçue)

On peut le découvrir à travers des lectures, des tutos, des stages etc…

 

8 – Quels conseils aimerais tu donner ou pourrais tu donner pour les personnes qui ne s’écoutent pas et qui de fait n’écoutent peut être pas leur entourage ?

L’amour des autres passe par l’amour de soi. C’est en effet la même chose pour l ‘écoute.

Si l’on prend bien soin de soi, on le fera sans condition pour les autres. Nous serons des « remplis » qui partageons avec les autres et non pas des « vides « qui essayons de nous remplir à travers les autres. Lorsque l’égo est en paix, il n’a besoin de rien. Il partage, écoute, est léger et surtout disponible !

Cela allège et assainit les relations.

Sophie

 

 

Mardi 8 janvier 2019,

Bonjour belle communauté du bonheur.

Tout d’abord, je le dis à nouveau ici, BELLE et MERVEILLEUSE ANNEE 2019 à tous et toutes.

Oui encore un mardi, où je publie un nouvel interview  !

Que voulez-vous on ne fait pas toujours comme on veut dans la vie, mais comme on peut…

Après quelques péripéties avec la réception du fichier pour ce nouvel interview, je suis j’espère en mesure de vous le livrer.

Interview un peu particulier puisque on m’a transmis les réponses sous système audio. L’idée m’a un peu surprise au départ je dois avouer, mais au final c’est GENIAL !!!!!

J’ai donc l’honneur, pour ce premier interview 2019 de vous présenter l’interview de

PATRICIA MIGNONE

43788526_2097472483636095_8017393993786589184_n

qui a bien voulu se prêter au jeu de mes questions / réponses….

Un grand merci à toi Patricia ( je t’ai souvent dérangé, avec nos péripéties, merci pour ta patience et merci à ma patience aussi à moi…. hihihhi)

Vous avez donc le fichier audio ici à écouter pour profiter des réponses de Patricia.

Bonne écoute…

 

 

 

 

Mardi 11 décembre 2018,

Bonjour, ma belle communauté.

Mardi oui, mardi. Je vous explique pourquoi il n’y a pas eu d’interview hier, ici.

Je vous donne rendez-vous lundi prochain pour le dernier interview de l’année 2018.

Attention pas n’importe quel interview.

Une Grande Dame.

Soyez au rendez-vous…

 

 

LUNDI 3 décembre 2018,

Décembre, pas le mois que je préfère, les fêtes de fin d’année ce n’est pas mon truc… je fais bonne figure on va dire….mais bon… cette année il y a tellement de belles choses qui se passent en moi, peut être le prendrais-je autrement ?

Cette semaine, je suis ravie de vous présenter ce nouvel interview, tant les réponses apportées par cette personne font écho en moi. Je connais mon invité, que de façon virtuelle, mais nous sommes  » amies  » sur les réseaux depuis plusieurs années maintenant. Et depuis deux ou trois ans, peut être deux, je me sens vraiment en raccord avec sa vision des choses, du monde et de la vie.

Je vous demande donc d’accueillir, Emilie Dedieu. Emilie m’a fait l’honneur de répondre à mes questions avec un tel enthousiasme que cela réchauffe le cœur: un GRAND GRAND MERCI à toi…

Comme nous sommes un nouveau mois, j’ai changé un peu le thème, comme les fois précédentes. Cette série de questions porte donc sur le fait de se réveiller spirituellement parlant et de se connaître ou se Reconnaître.

Laissons la place à Emilie.

Emilie Dedieu, auteure, illustratrice, et bien d’autres choses

1 – Bonjour Emilie, peux-tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier et ton parcours, s’il te plait ?

Bonjour ! Il y a quelques années de cela j’étais illustratrice de livres, puis, peu à peu j’ai commencé à écrire. Mon univers était principalement axé sur les enfants, livres pour enfant, illustration pour enfant…et tout était parfait ainsi. Seulement, le 13 janvier 2013, j’ai vécu un réveil assez brutal qui s’est transformé en un merveilleux éveil à la vie ! Je suis autodidacte et très curieuse, j’aime apprendre, comprendre, observer, essayer, oser… je suis une grande observatrice de la Vie.

2 – Tu notes sur ton site, dans tes prestations que tu proposes des soins énergétiques. Peux tu nous expliquer en quelques mots en quoi cela consiste t-il ?

Lors de mon éveil spirituel, j’étais complètement perdue, alors j’ai beaucoup lu, énormément même. Cela m’a beaucoup aidée ! Peu à peu j’ai assimilé énormément d’informations, j’ajouterais d’ailleurs volontiers que tout ce que je lisais je le savais déjà quelque part en moi, c’est en cela qu’il s’agit d’un réveil. Il ne me restait plus qu’à mettre en pratique mes connaissances, me jeter à l’eau. Tout naturellement m’est venue l’envie de proposer des soins énergétiques, en lien avec nos 7 chakras.

Ma façon de faire est simple, je visualise les chakras du receveur, je ne cherche pas à contrôler ce qui me vient, j’accueille l’image, mon ressenti, mes sentiments, mes émotions, et j’apporte la réponse qui me semble la plus appropriée face au nœud, pour cela je me sers de ma visualisation créatrice.

Par exemple, si j’observe un chakra racine bloqué (chakra qui représente notre besoin de sécurité) , je dépose dessus une jolie barque afin de se laisser porter par le flot de la vie et lâcher-prise, etc.

3 – Ces soins apportent du bien être aux personnes qui les reçoivent, et toi qu’est ce que cela t’apporte et pourquoi le fais tu ?

J’ai de très bons retours par rapport à mes soins, alors j’imagine qu’ils apportent une forme de bien-être. Mais je tiens à préciser un point essentiel, je ne guéris personne, je propose lors de mes soins des réponses, j’offre des clés, je défais des nœuds, mais c’est le receveur qui se soigne et se guérit lui-même, de par son propre pouvoir créateur. En effet, en lisant le retour du soin le receveur visualise ce qui c’est passé et le recréé sur le plan subtil, ce qui a une incidence sur les énergies et le plan physique. C’est un joyeux travail d’équipe.

Ces soins m’apportent énormément ! Tout d’abord ils me permettent de me dépasser, d’être dans ma mission et dans l’échange. Faire du bien à autrui revient à se faire du bien à soi-même, et cela devrait-être notre premier mantra ! Je crois fortement au changement qui a lieu ici et maintenant, juste devant nos yeux, à ce monde pacifié et heureux qui nous tend la main, et c’est ma façon de le construire jour après jour, en semant le bien autour de moi.

Je ne peux m’imaginer vivre sans transmettre un peu de moi.

4 – Nous sentons autour de nous beaucoup de gens s’ouvrir sur le « bien-être », sur la connaissance de soi…Penses-tu que pour s’éveiller spirituellement et se connaître il faut un choc – mental – physique ?

Pour moi ce fût le cas, un réveil brutal car le fruit d’une « présence » à mes côtés. J’ai l’impression que c’est une façon fréquente de nous réveiller, comme un petit coup de pied au derrière pour dire « hey oh ! Tu attends quoi ? Sors de ton hypnose ! »

Le rideau est en train de se lever, l’invisible s’invite dans nos vies, ceci explique le nombre de réveils grandissants ! On commence à voir, entendre, comprendre, ressentir, et c’est merveilleux ! Alors nombre de réveils sont brutaux, pas tous, mais une grande partie. Pourquoi ? Car le temps presse, il suffit de regarder autour de soi, ce qui se passe actuellement ici bas pour comprendre qu’il est temps de changer ce qui est, de choisir un autre mode de vie. Deux chemins s’offrent à nous, tout comme les deux pilules dans le film « Matrix », lequel souhaitons-nous emprunter ?

Nous vivons une période d’ascension sans précédent, aussi incroyable que cela puisse paraître !

5 – D’après toi qu’est ce que s’éveiller, se réveiller comme tu le précises sur ton blog spirituel ?

C’est voir au delà du voile. J’entends par là qu’il existe plusieurs mondes qui se superposent, de plus lourd au plus subtil, se réveiller c’est prendre conscience de ce monde invisible qui nous entoure et l’intégrer à sa vie, et s’éveiller c’est écouter son cœur, ses ressentis, rester aligner avec soi même, s’éveiller c’est briser les conditionnements, croyances, tout ce qui nous enferme depuis notre plus tendre enfance, c’est être qui nous sommes.

6 – Quand as tu vraiment saisi que tu t’étais réveillée spirituellement ? Et comment l’as tu compris, intégré surtout ?

Je ne me suis jamais posée cette question. Je crois que tout s’est mis en place naturellement à partir du moment où j’ai accepté ce qui est, c’est à dire cette ouverture nouvelle sur cet autre monde. J’ai, au début de mon éveil et durant quelques mois, été dans le rejet, car c’était « trop » pour moi. J’ai lutté, j’ai chassé, j’ai repoussé, je me fatiguais, m’épuisais tellement physiquement et mentalement qu’un beau jour j’ai accepté ce monde nouveau qui me tendait la main. A partir de ce moment clé, tout s’est mis en place, la lecture a été mon plus bel outil, afin de comprendre et apprendre. Je me rends compte qu’il n’y a pas une date clé, un jour d’éveil, mais une continuité naturelle. Bien sûr il y a un point de départ, cette âme qui est venue toquer à ma porte et m’a réveillée, et cela faisait partie d’un plan plus vaste, pour me mener où je suis aujourd’hui, et le reste n’est qu’évolution.

En revanche, une de mes lectures m’a beaucoup marquée, énormément même, cela a été le livre qui a répondu à presque toutes mes interrogations : « Conversation avec Dieu » de Neale Donald Walsch. C’est rigolo car tout au long de mes rencontres on me conseillait cette lecture, mais le titre me refroidissait, le mot Dieu ne m’a jamais attirée ! Car trop « religieux » pour moi, mais à force d’en entendre parler je me suis dit que je devais tenter de lire quelques pages avant de juger, et là, une révélation ! Ce livre est tout bonnement incroyable ! Et le titre est finalement absolument approprié, cela n’a absolument rien à voir avec une quelconque religion, et je me suis même réconciliée avec le mot Dieu, c’est mieux pour une personne qui s’appelle Emilie Dedieu n’est-ce-pas ?

 

7 – Faut-il d’après toi avoir un environnement propice pour s’ouvrir à cet éveil spirituel, ou est ce que chacun d’entre nous peut y arriver, peu importe la situation dans laquelle on est ?

Si il y a quelque chose dont je suis absolument certaine, c’est que tout le monde peut s’éveiller, absolument tout le monde ! Chaque expérience est une opportunité de s’éveiller, chaque situation est une façon d’apprendre, chaque rencontre est un message sur notre chemin, les messages sont partout et nous sommes tous capables de les saisir. Certes, il y a un travail sur soi à faire pour en arriver là, c’est à dire mettre fin à nos croyances figées, accepter de détruire nos bases obsolètes, oser sortir de notre zone de confort, mais cela en vaut la peine ! D’ailleurs, c’est cela évoluer ! La Vie serait bien trop ennuyeuse si tout n’était que métro-boulot-dodo, il y a tellement d’autres choses à faire, à découvrir, à apprendre, sortons un peu de ce schéma limitant et vivons pleinement !

8 – Quels conseils aimerais tu donner ou pourrais tu donner pour les personnes qui sentent que quelque chose les appelle, les travaille mais n’osent pas franchir le cap ?

Allez jusqu’au bout de vos rêves ! Osez ! Souvent on n’ose pas par peur du jugement, du regard des autres, du « qu’en dira-t-on »… mais votre vie vous appartient, pourquoi laisser d’autres décider pour vous-mêmes ?

Nous n’avons pas à justifier nos choix, nous sommes des êtres libres et personne ne peut nous interdire de vivre notre vie pleinement à part nous même.

9 – Veux-tu partager ou dire autre chose ?

Oui, riez, dansez, chantez, créez, souriez, , osez, appréciez, savourez, donnez, recevez, aidez, vivez… aimez !

Je me permets de partager un lien vers un de mes écrits, car je trouve qu’il résonne tout à fait avec cette petite interview fort sympathique :

SOIN ET GUERISON

Merci Emilie

LUNDI 26 Novembre 2018,

Bonjour la communauté du bonheur. Nouvelle semaine nouvel interview !

J’ai cette semaine l’honneur de vous présenter une personne que je suis beaucoup par le biais de sa chaîne Youtube, chaque matin à 5h ou presque depuis plus d’un an ! Cette personne, je ne la connais pas encore en vrai, mais je pense que c’est quelque chose qui peut se faire, car je me suis rendue compte que finalement, géographiquement parlant nous étions pas très loin !

Il s’agit donc pour ce lundi de Jo. Jo, est visiblement quelqu’un de très doux, bienveillant et attentionné. Sur ses vidéos elles prend soin des gens, comme si nous étions avec elle dans la salle.

Je laisse la place à Jo, qui a donc bien voulu répondre à mes questions. Je te remercie beaucoup, cela me touche.

Jo, professeure de Yoga

1 – Bonjour Jo, peux tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier et ton parcours, s’il te plait?

Bonjour Irène, bonjour à tous !
Je suis Jo, professeure de Yoga depuis 2015 à Limoges et en Haute-Vienne, et sur YouTube depuis 2016.

J’ai comme beaucoup d’autres personnes peut-être, l’impression que le Yoga a toujours fait partie de moi, et qu’il attendait simplement le bon moment pour exploser sous mon crâne, dans mon cœur et dans mon ventre.

Lorsque j’étais au collège, j’ai eu une grande passion inexpliquée pour l’Inde. Et les livres. Et c’est dans les bouquins que j’entassais, que j’ai récupéré un petit livre sur le Yoga, avec des postures, des pratiques. La graine était plantée.

Puis mon histoire avec le Yoga a été très inconsistante, j’ai essayé maintes fois de pratiquer toute seule, avec des vidéos, ou même en cours collectifs, sans arriver à en faire une habitude.

Mais j’y revenais toujours, comme une évidence sous-jacente que je n’expliquais pas. Puis en 2014, alors que l’idée de faire du Yoga une vraie partie de ma vie (et pourquoi pas l’enseigner) me trottait déjà dans la tête, j’ai eu un déclic. Je veux essayer de procurer aux gens ce que le Yoga me procure. Je veux propager cette pratique, si bénéfique, salvatrice.

2 – Tu notes sur ton site, que le Yoga a changé ta vie. Peux-tu expliquer en quoi et qu’est ce que cela t’a apporté ?

Le Yoga m’a appris tellement, et continue à m’apprendre des choses tous les jours.
Il m’a littéralement sauvé la vie dans le sens où, en plus d’un traitement et un suivi approprié bien sûr, il m’a aidée à me sortir peu à peu de ma dépression que je traînais depuis très longtemps…
Le Yoga a été, et il est toujours, une grande partie de ma thérapie !

3 – Et qu’est ce que cela t’apporte d’enseigner le Yoga à d’autres personnes ?

La joie de semer des petites graines dans l’esprit de mes élèves ! Avec l’espoir de les rendre plus sereins, plus en paix.

4 – Pour toi, que veut dire ou voudrait dire être en accord avec soi-même et heureuse ?

Vivre selon ses valeurs ! Etre clair·e avec ce que l’on veut transmettre au monde, ce que l’on veut apporter aux autres et ce que l’on veut ressentir soi-même, chaque jour. Mais cela demande un effort quotidien avant de devenir naturel ! Pour prendre exemple sur le Yoga, avant d’atteindre Samadhi, l’état de béatitude, il faut de la pratique – physique, énergétique et mentale !

5 – Quels sont d’après toi les moyens, les outils pour être en accord avec soi-même ?

Le Yoga est justement désigné pour cela ! Les 8 piliers du Yoga sont un chemin vers Samadhi. Ils nous invitent à nous observer, et à observer certaines valeurs morales, comme la non-violence, l’honnêteté, le non-attachement. Ils nous encouragent à avoir de la discipline : une bonne hygiène de vie, de l’exercice, de la volonté d’améliorer nos connaissance. Ils nous poussent à pratiquer des postures, des souffles, des concentrations. Nous conseillent de méditer régulièrement.
Si l’on respecte toutes ces étapes du mieux qu’on le peut, alors nous nous rapprochons de ce bonheur tant recherché.

6 – Quand as-tu compris, toi, que tu étais en accord avec toi et heureuse ?

Oh ! Je ne sais pas si je le suis ! Je donne peut-être cette impression sur YouTube parce que j’essaie d’y propager des ondes positives et d’aider les gens, mais je reste quelqu’un de très anxieux. Je pense que je suis encore sur le chemin vers le bonheur.

Cependant, il y a un jour où ça a fait “tilt” : c’est le jour où j’ai compris que je ne serais JAMAIS heureuse si je restais dans un travail vide de sens. Où j’ai réalisé qu’il fallait que mon travail soit en accord avec mes valeurs si je voulais ne pas sombrer.

7 – Faut-il, d’après toi avoir un environnement propice pour être en accord avec soi, ou est-ce que chacun d’entre nous peut y arriver, peu importe la situation dans laquelle on est ?

Cela doit vraiment dépendre des personnes, des événements.

Je pense vraiment que si ne nous contrôlons pas ce qu’il nous arrive, nous contrôlons la façon dont nous y réagissons. MAIS c’est facile à dire : j’ai un toit sur ma tête, de la nourriture dans mon frigo et je subis assez peu d’oppressions.

Dans un autre sens, nous pourrions certainement apprendre beaucoup de personnes plus démunies que nous, et pourtant beaucoup fortes, heureuses, sages.

8 – Quels conseils aimerais tu donner ou pourrais tu donner à une personne qui n’a pas encore trouvé les outils pour être en accord avec elle-même ?

Observe-toi avec objectivité. Connais-toi. Fais la liste de tes qualités, de tes défauts. De tes valeurs, surtout celles qui sont indispensables à ton bonheur. Et demande-toi chaque jour si tes pensées, tes paroles et tes actes ont été en accord avec ce en quoi tu crois et ce que tu veux apporter au monde.

9 – Veux-tu partager ou dire autre chose ?

Merci beaucoup à toi Irène ! Si tes lecteur·rices veulent en savoir plus sur ma vision du Yoga, ils peuvent se rendre à n’importe lequel de ces liens :
http://www.yogafirebyjo.com

https://www.youtube.com/channel/UCCRkvnBheWeR7fByvmd5ckg

https://www.instagram.com/yogafirejo/

https://www.facebook.com/yogafirebyjo/

Merci Jo.

 

 

LUNDI 19 Novembre 2018,

Bonjour.

Pour notre interview de cette semaine j’ai demandé à Allan s’il voulait bien se prêter au jeu. Il m’a répondu à l’affirmative, je l’en remercie. Allan a des doigts en or. Il manie toutes sortes de techniques à merveilles. Tout comme Diane Rousseau ( notre première interviewée ), je connais Allan depuis longtemps, par contre nous avons jamais eu l’occasion de se rencontrer. Nous nous sommes retrouvés sur le forum Atelier Magique, tout comme Diane. Puis Allan par sa pratique du stylo bille a constitué un petit groupe de passionné et nous l’avons rejoint sur son propre forum qu’il avait crée.

Je laisse maintenant place à Allan, pour nous dire qui il est et ce qu’il fait.

L’interview, porte à nouveau sur le fait d’être en accord avec soi même et heureux.

Allan Barbeau, portraitiste illustrateur

1 – Bonjour, Allan, peux-tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier et ton parcours, s’il te plait ?

Et bien je m’appelle Allan Barbeau, je suis papa, mari et portraitiste illustrateur. Je suis en train de réorienter mon travail vers des ateliers enfants et adultes pour partager avec autrui mes passions. Je suis né à la Rochelle où je suis resté jusqu’à déménager en 2002, en Irlande, pour suivre ma copine qui est aujourd’hui ma femme. De retour pour de bon en France depuis 2017, je suis aujourd’hui installé au centre Bretagne pour me construire une vie simple et tranquille avec ma petite famille. 

J’ai appris le dessin avec un prof des beaux art en retraite qui m’a enseigné pendant un an les bases depuis le garage de son jardin. Je me suis ensuite forgé tout seul.

2 – Tu as plus d’une pratique artistique à ton arc, laquelle t’anime le plus et te rends le plus accompli ?

Le dessin aux stylos à bille, reste la pratique où je prend le plus de plaisir de part le résultat que je peux obtenir et, l’effet d’incrédulité que produisent les dessins sur le spectateur. Mais la sculpture est la matière où j’aimerais avoir plus de temps ! Créer un objet physique qui sort de notre tête…ça c’est cool !

3 – Qu’est ce que cela t’apporte d’avoir toutes ces pratiques artistiques ?

La possibilité de pouvoir créer ce que j’ai envie sans autre limite que mon imagination.

4 – Pour toi, que veut ou voudrait dire  » être en accord avec soi même et heureux ?

Etre en accord avec soi même et être heureux dans sa vie, c’est créer la vie que l’on désire nous, et non pas se créer une sorte de personnage qui correspond à ce que l’on pense que les gens aimeraient.

5 – Et pour toi, quels sont les moyens pour être en accord avec soi même et heureux ?

Accomplir ses rêves. Se faire plaisir. Etre reconnaissant des choses que l’on possède. Réussir ou apprendre et non gagner ou perdre. Accepter le « NON » comme le message comme quoi on est pas prêt. Etre inspiré plutôt que d’être jaloux. Refuser les choses qui ne nous plaise pas et laisser partir les gens qui nous tire vers le bas.

6 – Quand as tu compris, toi, que tu étais en accord avec toi et heureux ?

Lorsque j’ai compris que LA SEULE PERSONNE qui peut me rendre profondément heureux… C’EST MOI. On peut avoir la femme idéale, un super boulot et de l’argent plus qu’on en a besoin…si on n’écoute pas, si on est méchant avec soi même et que l’on ne s’aime pas, on ne sera jamais heureux. Car la personne qui sera toujours là, à juger vos pensées et votre façon d’être, c’est vous même !

7 – Faut-il d’après toi, avoir un environnement propice pour être en accord avec soi, ou est ce que chacun d’entre nous peut y arriver, peu importe la situation dans laquelle on est ?

Tout part de l’intérieur et des décisions que l’on va prendre pour construire sa vie. Il faut croire en ses rêves quelque soit la probabilité de les accomplir. Si on commence dans un trou plein de terre et que l’on n’y est pas bien, la première étape sera de sortir du trou. Il y a énormément d’exemple de personnalité qui ont réussit issu de famille pauvre. Ce n’est pas le point de départ qui est important, mais les décisions et le chemin accompli pour arriver au BUT.

8 – Quels conseils aimerais tu donner ou pourrais tu donner à une personne qui n’a pas encore trouvé les outils pour être en accord avec elle même ?

Crois en toi, écoute ton cœur et non pas les « tu peux pas faire ça ». Au lieu de te demander si c’est possible, demande toi si c’est impossible ! Car si ce n’est pas impossible, cela veut dire qu’à force de travail, c’est possible. Éloigne toi des gens qui t’empêche d’être en accord avec toi et entoure toi des personnes qui correspondent à tes valeurs. Ne fais rien qui te déplais et fais les choses POUR TOI, pas pour les autres !

9 – Veux-tu partager ou dire autre chose ?

On attire à soi ce que l’on protège. Comme un aimant positif qui attire de la positivité. Alors changez votre façon de penser. Ne soyez pas CONTRE la violence, mais plutôt POUR la paix. Soyez reconnaissant de tout ce que vous avez. Soyez heureux d’être là et aimez vous 🙂

Blog
http://allan-barbeau.blogspot.fr/

Mon FaceBook
https://www.facebook.com/CreationsArtisAllan/

Merci Allan.

 

LUNDI 12 Novembre 2018,

Les semaines s’enchaînent, déjà lundi !

Cette semaine, je poursuis mes interviews avec Nathalie. Nathalie est une personne douce et bienveillante. Je la connais depuis peu et que de façon virtuelle aussi. Mais je sens en elle une personne attentive et posée. Nathalie tout comme Loïc,  fait partie de l’équipe de Ressources et Actualisation de Bruno Lallement.

J’ai demandé à Nathalie de me parler du fait d’être en accord avec soi même et heureux.

Je laisse donc place à cet interview.

 

Nathalie Mahé Tschiember, accompagnante de vie ( entre autre )

1 –  Bonjour Nathalie, peux tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier et ton parcours, s’il te plait ?

Je n’ai pas un métier, j’en ai plusieurs ! Je suis ce qu’on appelle une « slasheuse » ou « multitask ».
Les slasheurs (notion qui a été mise en avant en 2007 par la chercheuse américaine Marci Alboher) sont ces personnes qui ont plusieurs activités en même temps.
J’aime illustrer par cette image : « Mon grand-père a fait le même travail toute sa vie, mon père a eu sept emplois différents tout au long de sa carrière, et moi, j’ai sept emplois en même temps. »
Mon métier n’est pas une finalité. Je suggère plutôt une recherche d’épanouissement à travers des activités complémentaires dans lesquelles je me sens très à l’aise.
Il y a un fil d’Ariane tout de même, une cohérence, j’aime la communication, c’est à dire que j’aime partager avec les personnes 
autour de moi, j’aime découvrir, j’ai une curiosité inlassable et j’aime
que les gens soient heureux (heureux comme une attitude de notre « être » et non la satisfaction des ego)
Jadis, on m’aurait sans doute étiquetée de personne instable professionnellement. Aujourd’hui, pour les personnes qui cumulent
volontairement plusieurs jobs, cela peut être considéré comme une
nouvelle forme de développement personnel.
De fait, l’arrivée des millénials et leur mode de vie digital et hyperconnectée, transforme le paysage du monde du « travail ».
On ne parle pas de travail, on parle d’activité, d’entreprendre.
Pour mes différentes parts professionnelles, je suis accompagnante de vie. Pour celles ou ceux qui ont besoin d’un coup de main à un moment
existentiel de leur vie, je suis là pour les aider à se poser les bonnes
questions et ainsi faire en sorte d’avancer de façon réfléchie dans la quête de soi . Je me suis formée pour cela et développée mon intuition.
Vu mon âge, j’ai fait un bout bon de chemin avec ses travers, ses embûches et de belles clairières lumineuses.
Le but de la vie est d’être heureux, mais dans le brouillard et la confusion du monde actuel, il n’est pas facile de déceler ce bonheur.
Les autres cordes de mon arc sont le community management, l’organisation événementielle, le journalisme indépendant.
journalisme indépendant.

2 – Tu note sur ton site, que tu accompagne les gens ? Est ce bien cela déjà ? Et si oui, en quoi cela consiste t-il plus exactement ?

Oui, comme je le dis plus haut, je partage mes expériences. Accompagner, c’est être là en ami, en bienveillance.
Le monde contemporain et occidental dans lequel nous vivons a été façonné de façon dure pour le psychisme de l’être humain.
Nous sommes souvent contraints, bâillonnés par les conditionnements, les codes culturels et sociétaux. Cela peut entraîner une vraie souffrance. Mais on ne sait pas forcément
comment faire pour sortir d’une certaine spirale : la peur du jugement et de ce que vont penser les autres, notre propre 
auto-jugement, la peur de l’avenir, le manque de confiance en soi…
Nous vivons dans un monde où nous n’apprenons pas à nous connaitre ni à nous aimer nous-même.
Or, c’est une des premières clés pour notre épanouissement personnel.
« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux », inscription du Temple de Delphes.
Nous vivons dans un monde extraverti, le bonheur devrait venir des autres, de l’extérieur. Nous n’avons pas appris à explorer notre
intériorité, l’introspection fait peur. Pourtant elle est hautement
nécessaire pour que nous puissions acquérir notre « sagesse » intérieure qui saura nous montrer les signes et le chemin pour
concrétiser nos aspirations les plus profondes.
Pouvoir enfin « être soi », de façon assumée et libre : quelle libération.

3 – Qu’est ce que cela t’apporte d’accompagner les gens dans leur parcours de vie ?

Du bonheur. Le parcours des autres est le mien aussi. Il y a toujours cet effet de miroir. Donc je sais que celles ou ceux que j’accompagne
m’aident aussi. C’est ça le partage.

4 – Pour toi, qu’est ce que donner sens à sa vie ?

Apprendre. Apprendre de soi, apprendre des autres. Égoïstement, ce qui donne sens à ma vie est ce qui me rend heureuse. 
e le répète, le bonheur, ce n’est pas la satisfaction de mes petits désirs
matériels. C’est plus vaste. De savoir que je participe au bonheur de l’univers entier, incluant toutes espèces vivantes, incluant la Vie
dans son mystère et sa globalité, tout cela même à mon niveau, me
rend très heureuse.

5 – Quels sont d’après toi les moyens, les outils pour être en accord avec soi même ?
La connaissance de soi qui apporte la paix et la sérénité
6 – Quand as tu compris, toi, que tu étais en accord avec toi et heureuse ?

Lorsque j’ai pris conscience de qui je suis et de mes aspirations profondes. J’ai été riche matériellement et cela m’a mené vers
une impasse de moi-même. J’avais atteint un but, et curieusement
cela ne m’a pas épanoui. La course, le fait d’être speed et hyperactive m’avait déconnecté de mon potentiel à devenir ce que je suis vraiment,
 intrinsèquement, au fond de moi.
J’avais trop voulu correspondre à une image que je voulais donner de moi et qui malheureusement n’était pas la mienne.
Elle n’était que celle que la société chercher voir refléter.
Être en accord avec soi-même, c’est « être » et non paraître. Cela ne se définit pas puisqu’on le vit, et comme on le vit, on l’est également.
C’est mon état d’être qui me dit que je suis heureuse et non mon mental. Ça se vit, et chacun le vit à sa façon.

7 – Faut-il, d’après toi avoir un environnement propice pour être en accord avec soi, ou est ce que chacun d’entre nous peut y arriver, peu importe la
situation dans laquelle on est ?

L’environnement ou le terrain propice pour être en accord avec soi-même, nous le créons nous-même.
Encore une fois, je le répète, cela ne vient pas de l’extérieur.
À chacun d’agir pour mettre en place l’environnement dans lequel il veut vivre. Cela est plus facile quand on est jeune adulte.
Lorsque l’on est plus vieux, cela comprends parfois des choses difficiles à traverser et la prise de conscience implique souvent le désir ardent d’un changement de vie avec tout ce que cela peut
impliquer d’une personne à l’autre.

8 – Quels conseils aimerais tu donner ou pourrais tu donner à une personne qui n’a pas encore trouver les outils pour être en accord avec elle même ?

Commencer un processus d’épanouissement personnel par la connaissance de soi. La voie de la méditation est un excellent outil
pour progresser de manière approfondie. Elle permet une
pacification du mental, de faire une pause salutaire de ses pensées et de surtout de ne pas être pris au piège de ces pensées et des croyances
qu’elles créent.
Il est parfois utile d’amener une révolution dans sa vie, cela dit, il est possible de le faire tout en douceur.
Le monde et notre quotidien semble pour beaucoup  déjà assez compliqué pour ne pas en rajouter.

Être en accord avec soi-même, c’est s’aimer inconditionnellement, avec nos défauts, nos manques, nos qualités et nos beautés.

Merci Nathalie

 

 

 

LUNDI 5 Novembre 2018,

Hum… déjà lundi !!! ouah….. cette semaine de retour a été mouvementé par le départ de mes parents mercredi et l’arrivée des beaux parents mercredi toujours…

Ce lundi matin tout ce petit monde est reparti, les enfants ont repris le chemin de l’école.

Et pour nous, chère communauté du bonheur c’est l’heure de notre interview inspirant. Le 5ème rendez-vous, dites moi !!!! ouah !!!!!!

Alors cette semaine j’ai la joie, le bonheur, de commencer le mois de novembre ( mois de mon anniversaire hihihi oui oui c’est demain le 6 😉 ) par Laurie Audibert. Je connais Laurie que de façon virtuelle et depuis peu. C’est à force de la voir  » passer  » sur mon  » mur facebook  » que j’ai fini par aller voir qui elle était…. et là je me dis j’ai bien fait. Laurie est un rayon de soleil à elle toute seule… Elle est lumineuse, rayonnante, pleine de bonnes énergies. D’ailleurs qu’aurait-elle à nous dire ?

Je vous laisse découvrir son interview, toujours sur le même thème pour l’instant, celui sur le fait de trouver son bonheur et son harmonie. A toi Laurie.

 

Laurie Audibert, Coach Holistique

 

1 – Bonjour Laurie, peux tu te présenter en expliquant qui tu es et quel est ton métier, s’il
te plait ?

Bonjour Irène !!! Tout d’abord, je te remercie énormément pour cette proposition d’interview. Je suis enchantée de venir faire un tour sur ton site.
Je suis Laurie, j’ai 36 ans et je suis Coach Holistique depuis plus de 6 ans.  J’ai l’immense plaisir d’accompagner des femmes entrepreneurs qui désirent développer une activité abondante et alignée à leur mission de vie.

2 –  Tu notes sur ton site que tu accompagnes les entrepreneuses. Pourquoi les femmes
plus particulièrement ?

J’aime particulièrement accompagner les femmes car je me sens plus proche d’elles, de ce qu’elles vivent, de ce qu’elles traversent. De plus, elles ont une 
sensibilité différente et elles ont souvent une approche plus fluide avec la spiritualité.
J’ai la chance d’aider des entrepreneuses dans la France entière et dans plusieurs pays francophones. C’est tellement enrichissant et passionnant.
Bien entendu, j’accompagne aussi certains hommes sensibles à mon approche holistique.

3 – En quoi consiste exactement le coaching holistique ?

Le coaching holistique est une branche du coaching qui prend en compte la globalité de la personne: ses dimensions physique (ou énergétique), émotionnelle,
mentale (ou psychologique) et spirituelle.
En effet, l’humain est multi-dimensionnel et il ne me semble pas juste d’ignorer certains aspects de son être.
De plus, même si la thématique principale est l’expansion de l’entreprise, il peut arriver que j’aborde d’autres aspects, avec mes clientes, quand cela est nécessaire
et pertinent. Ainsi, chacun de mes accompagnements est totalement personnalisé
et adapté à la personne, au moment, à l’énergie…
En plus de mes outils de coaching, je me sers également de mon intuition, des messages de mes Guides pour proposer un accompagnement plus profond et donc,
davantage transformateur.

J’ai réalisé un article qui explique tout cela en détail : C’est quoi un coach holistique ?

4 –  Qu’est ce que cela t’apporte d’accompagner les personnes à développer une activité
alignée et abondante pour reprendre tes mots ?

Ma mission de vie est de réaligner les personnes à ce qu’elles sont profondément. Ce qui me passionne le plus depuis plusieurs années, c’est la thématique de la 
mission de vie, mais aussi de l’accomplissement personnel, de la réussite…
Par conséquent, accompagner les entrepreneuses a été pour moi une évidence.
En effet, je leurs permets d’une part de se réaligner à leur mission de vie, ce qui est
ma spécialité, et d’autre part, je partage avec elles plein d’astuces pour booster 
leur activité.
J’aime enseigner, transmettre et partager, avec beaucoup d’amour et de bienveillance. Donc, je m’éclate vraiment dans mon activité en étant alignée à mes
valeurs, à mes passions, à ce que je suis profondément.

5 – Qu’est ce qui te rend malheureuse et heureuse dans ce monde actuel ?

Rien ne me rend malheureuse car j’ai pris du recul sur beaucoup de choses et je me suis coupée des informations. 
Je n’ai ni télé, ni radio. Je milite beaucoup pour la protection des animaux car c’est
une cause qui me tient à cœur. Je suis quasi végétarienne ( je ne mange plus aucune
viande depuis des années ), je prône le minimalisme, le zéro déchets ( je fais de
mon mieux de mon côté ), les actions écologiques.
Ce qui me rend particulièrement heureuse: mon métier que j’adore, mes animaux, contempler la beauté de la nature, dévorer des livres, échanger avec des personnes
inspirantes, faire de belles randonnées, écouter de la musique, chanter…
Je pense que beaucoup de personnes se focalisent trop sur ce qui ne va pas dans la société, se plaignent, blâment…
Moi, je choisis d’être responsable de ma vie, d’agir à mon niveau et de partager ce 
qui me tient à cœur, ce qui me semble essentiel.

6 –  Quand as tu compris, toi, ce qu’il te fallait pour être heureuse et positive ?

C’est une question qui ne me semble pas évidente. A mes yeux, il n’y a pas de moment précis.
Je pense que je suis en constant apprentissage sur moi, ma vie, ce qui m’entoure… En tant que coach, je me pose beaucoup de questions sur moi, je fais régulièrement
le point sur ma vie.
Ainsi, suite à mes bilans, je sais ce qui me convient et ce qui ne me convient pas et je mets des actions en place pour avancer et être plus heureuse et épanouie.

7 – Faut-il, d’après toi avoir un environnement propice pour être heureux et en harmonie
avec soi, ou est ce que chacun d’entre nous peut trouver le bonheur, peu importe la
situation dans laquelle on est ?

Je suis convaincue que nous sommes créateurs de notre vie et que nous sommes la cause principale de notre bonheur ou de notre souffrance.
Tout cela dépend de nos actes, de nos pensées, de nos paroles, de nos choix, de nos
décisions, de notre vision de la vie…
On peut être pauvre et heureux, riche et malheureux. On peut être célibataire et épanoui, en couple et en souffrance.
On peut être malade et joyeux, on peut être en bonne santé et se plaindre tout le temps
En gros, il n’y a pas de règle. Cela dépend uniquement de soi, de son état d’esprit, de sa carte du monde.
En psychologie positive, il est démontré que l’extérieur ( le lieu où on habite, l’argent qu’on possède, le fait d’être en couple ou célibataire, le travail qu’on exerce, l’environnement…) ne compte qu’à seulement 10% dans notre niveau de bonheur.
En fait, ce qui compte le plus, c’est le travail qu’on réalise sur soi: l’hygiène de vie,
les apprentissages quotidiens à travers des lectures ou des formations, le sport,
la méditation, la relaxation, se fixer des objectifs, donner du sens à sa vie…

8 –  Quels conseils donnerais tu à une personne qui n’a pas encore trouvé le bonheur et
l’harmonie ?

Je pense tout d’abord qu’il est important de bien se connaître pour être totalement en accord avec son être et du coup, répondre à ses besoins, être en harmonie avec
ses valeurs, utiliser ses talents naturels, pratiquer ses passions.
D’autre part, beaucoup de personnes se perdent dans leur quotidien et elles ont besoin de prendre conscience qu’une vie épanouie passe par un recentrage, une
écoute profonde et quotidienne de leur être intérieur.
Un autre point essentiel est le fait de donner du sens à sa vie. Sans but, sans désir, sans rêve, sans objectif porteur, on erre, on survit et on se lève chaque matin sans
 motivation, sans passion.
Et puis, être heureux, ça se décide ! C’est choisir de voir le côté du verre à moitié plein, c’est créer ses bonheurs au quotidien, c’est ne pas baisser les bras au 
moindre échec… C’est rire, s’émerveiller, danser, chanter, s’amuser, profiter
des plaisirs simples de la vie… Bref, c’est un chemin que l’on prend et non une 
destination à atteindre !
Il y aurait encore tellement de points à ajouter…

9 –  Veux tu partager ou dire autre chose ?

J’ai envie de dire à tous les lecteurs ceci:
Vivez votre vie à fond, sans vous soucier de ce que les autres pensent, disent, jugent…
Ecoutez votre cœur et votre intuition, suivez les désirs de votre âme et agissez en ce sens pour créer la vie de vos rêves.

Merci bien Irène pour m’avoir donné l’occasion de transmettre ce message.

 

 

 

 

LUNDI 29 Octobre 2018,

Après une semaine de formation intense en Dordogne, me revoilà pour un nouvel interview.

Donc nous en sommes au 4ème rendez-vous, déjà. Le dernier rendez-vous d’octobre.

Pour clôturer ce mois d’octobre, je me suis dit qu’un homme ici serait bien ! N’est ce pas ?

J’ai alors demandé à Loïc Renevier de Ressources et Actualisation. Je connais Loïc depuis très peu de temps et que de façon virtuel. Il est là lorsque nous faisons des méditations collectives et lorsque nous assistons à des webinaires et il va nous expliquer son rôle au sein de cette formidable équipe.

Je laisse la parole à Loïc.

Le thème de l’interview porte sur

Le fait de trouver son bonheur et son harmonie

1 – Bonjour Loïc, peux-tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier et ton parcours, s’il te plait ?

Bonjour Irène et merci pour cette interview,

Difficile de se définir en quelques mots mais pour aller à l’essentiel, je suis un jeune homme de 28 ans avant tout en quête de bonheur dans sa vie.

Je suis issu d’une école de commerce Française, la Toulouse Business School (anciennement l’ESC Toulouse). A la sortie de l’école j’ai commencé à exercer dans le domaine du management et du marketing dans un cabinet de conseil parisien. Mon parcours a ensuite beaucoup pris une toute autre tournure.

Il s’est peu à peu orienté autour de cette fameuse quête du bonheur dont je vous parlais un peu plus haut. Ce qu’il en ressort aujourd’hui c’est que j’ai plusieurs activités.

Une activité associative tout d’abord. J’ai cofondé avec des amis qui sont aussi mes partenaires professionnels, l’association humanitaire Planète Altruiste, qui œuvre pour apporter plus de paix et de sérénité aux individus eux-mêmes. L’association joue également un rôle très actif dans la sensibilisation pour la préservation de notre Planète et des êtres qui la peuplent. Mon rôle dans cette association est porte-parole.

J’ai également une activité professionnelle, je suis actuellement en formation au sein de l’entreprise Ressources & Actualisation. A l’issue de cette formation, mon rôle sera responsable communication et partenariat.

2 – Tu fais partie de l’équipe de Ressources et Actualisations, comment et surtout pourquoi es tu rentré dans cette entreprise ?

Pour la petite histoire, j’ai d’abord suivi moi-même les cours et les stages proposés par Bruno Lallement, le fondateur de Ressources & Actualisation.

Je suis devenu ami avec Bruno, avec qui comme je vous le disais plus haut j’ai également cofondé l’association Planète Altruiste.

Il nous est ensuite apparu naturel avec Bruno de nous associer au sein de Ressources & Actualisation.

Ce qui m’a poussé à rejoindre cette aventure c’est avant tout de pouvoir partager au plus grand nombre ce que j’ai moi-même reçu. Je parle ici de l’accompagnement et de la démarche de réalisation personnelle proposée par Bruno, qui est une démarche « naturelle ». Naturelle car cette démarche pourrait se résumer ainsi : Inutile de se contraindre ou de souffrir pour progresser dans sa vie, c’est en agissant dans le plaisir et en faisant connaissance avec soi-même que l’on obtient les meilleurs résultats. Nous prenons souvent l’exemple de la plante sur laquelle nous ne pouvons pas tirer pour la faire pousser plus vite. Cette découverte et surtout le fait de l’avoir expérimentée a été une vraie révolution pour moi. J’ai eu tout simplement envie de partager cette démarche et de faire découvrir aux autres tous les bienfaits qu’elle peut apporter.

Je pourrai m’étendre plus longuement ici sur le pourquoi, mais pour ne retenir qu’une raison, je crois que c’est la meilleure façon que j’ai trouvé pour me rendre utile aux autres et apporter à ma mesure un peu plus de paix et de sérénité à notre société qui en a grandement besoin.

3 – En quoi consiste ton rôle au sein de Ressources et Actualisations ?

Je suis actuellement en formation mais mon rôle consistera à faire connaître les cours et les stages proposés par ressources & actualisation au plus grand nombre de personnes. Cela passe par la communication, la réalisation de vidéos, d’articles, mais aussi par des partenariats avec des entreprises de confiance qui souhaitent faire connaître à leur public notre démarche. Notre éthique est très précise et nous nous associons uniquement avec des partenaires avec qui nous partageons les mêmes valeurs et le même état d’esprit.

Enfin, de par ma formation en école de commerce, je me voue à être l’ambassadeur du modèle de notre entreprise : l’entreprise altruiste. Ressources & Actualisation est avant tout basé sur la cohérence. Nous appliquons à nous même ce que nous transmettons à nos « élèves ». Nous faisons de notre propre sérénité LA priorité car c’est la première chose que nous pouvons apporter. En soi ce mode de fonctionnement est une petite transformation dans le monde des entreprises dont le stress est souvent et malheureusement le premier moteur au quotidien. Heureusement les choses changent et de nombreuses entreprises ont compris l’intérêt de l’épanouissement au travail. Mais une entreprise altruiste ne s’arrête pas là. Son action est socialement positive et le profit n’est pas la finalité même s’il est nécessaire. Enfin, une entreprise altruiste est pleinement engagée dans la transformation positive de la société. C’est pourquoi notre équipe est également fondatrice de l’association humanitaire Planète Altruiste dont notre entreprise est le premier soutien financier.

4 – Qu’est ce que cela t’apporte d’œuvrer pour ce genre de projet ?

Je pense avoir répondu en partie plus haut mais pour le dire en quelques mots : « faire ma part » et « être fier de ce que j’apporte ».

Je ne dissocie pas vraiment mon activité associative de mon activité professionnelle. En soi, ressources & actualisation et l’association Planète Altruiste agissent pour le même but : apporter plus de paix et de sérénité aux individus, mais avec des approches différentes et complémentaires.

Je retire donc beaucoup de bonheur à œuvrer pour ces projets. Mais pour ne rien vous cacher c’est plutôt le sens de la nécessité qui prime. Sans chercher à jour les héros, je ne peux tout simplement pas rester les bras croisés quand je vois l’état de notre planète, et ce à tous les niveaux (extinction de la biodiversité causée par l’action humaine, perte de sens et de repères dans notre société… je crois que vous connaissez comme moi le tableau pour que je n’ai pas besoin de le peindre une nouvelle fois).

Très sincèrement, avec les compétences dont je dispose je ne me vois tout simplement pas faire autre chose aujourd’hui.

5 – Qu’est ce qui te rend malheureux et heureux dans notre monde actuel ?

Comme tout le monde cela me fait chaud au coeur quand je vois des qualités humaines s’exprimer, comme la générosité, l’altruisme, le partage, l’amour, la paix, l’amitié… Ce qui me rend triste ce sont les conséquences de certaines de nos actions à nous êtres humains. En moins d’un siècle nous avons détruit plus de la moitié de la biodiversité sur la planète, tous les océans sont pollués à tel point qu’il y aura bientôt plus de plastique que de poissons, l’air que nous respirons est devenu toxique, le tout à tel point que notre espèce est directement menacé.

Je n’ai pas d’enfant et ne projette pas d’en avoir pour l’instant, mais je suis profondément triste de voir le monde que nous sommes en train de laisser aux prochaines générations. Un tel positionnement peut paraître étonnant à 28 ans, mais je suis intimement convaincu que quoi que l’on fasse dans les décennies à venir ne servira qu’à limiter les dégâts.

Cela peut paraître paradoxal mais c’est aussi cela qui me donne la force et l’énergie d’agir au quotidien car encore une fois, que pouvons-nous faire d’autre ?

6 – Quand as tu compris, toi, ce qu’il te fallait pour être heureux et positif ?

A mon niveau je dirai, même si je sais bien mieux aujourd’hui qu’il n’ y a 5 ans ce qui me rend heureux, que « je cherche ma voie à tâtons » pour reprendre cette expression si chère à Dalaï Lama. Je veux dire par là que je ne cesserai jamais d’apprendre et donc de découvrir de nouvelles manières de cultiver mon bonheur.

7 – Faut-il, d’après toi avoir un environnement propice pour être heureux et en harmonie avec soi, ou est ce que chacun d’entre nous peut trouver le bonheur, peu importe la situation dans laquelle on est ?

Je sais que je ne vais pas beaucoup faire avancer le débat mais je vais dire les deux. Je trouve d’abord que c’est quand même plus facile d’avoir au quotidien autour de soi des personnes joyeuses. Pour reprendre l’expression d’un de mes amis, si la souffrance est contagieuse, le bonheur est aussi. Maintenant et c’est tout le sens de la démarche que j’ai suivi et que nous proposons, il serait très hasardeux d’attendre de l’extérieur qu’il nous apporte le bonheur, tout simplement parce que c’est impossible. Le bonheur est avant tout un chemin personnel.

8 – Quels conseils aimerais ou donnerais tu à une personne qui n’a pas encore trouver le bonheur et l’harmonie ?

Je risque de vous décevoir à nouveau mais s’il y a bien un domaine qui ne rime pas avec conseil c’est le bonheur. Le bonheur c’est l’aventure d’une vie, personne ne peut le vivre à notre place. Cela étant dit, nous avons tous besoin des uns des autres. Par exemple je n’aurai jamais accompli toutes les choses que j’ai accompli seul. C’est pourquoi et même sur le chemin du bonheur, on peut sentir le besoin d’être accompagné et soutenu. Reste donc à trouver les personnes avec qui nous souhaitons faire un bout de de chemin.

9 – Veux-tu partager ou dire autre chose ?

Merci Irène de m’avoir permis de partager tout ceci,

Excellente journée

 

 

 

LUNDI  15 Octobre 2018,

Les semaines passent à une allure, lorsqu’on est occupée et que la vie nous tend les bras! c’est fou!

Voici l’heure de notre 3ème rendez-vous pour un interview inspirant. Je vous expliquais que dans ces interviews je ferai appel à des personnes connues, moins connues et pas connues…à des personnes que je connais depuis longtemps, moins longtemps et depuis peu de temps. Je trouve important de pouvoir donner la parole à des personnes qui n’ont pas forcément un blog ou une vie de conférencier ou d’auteur, etc… Les gens  » de la vie de tous les jours  » ont aussi des choses à exprimer. Cette semaine j’ai demandé à Pauline Malzieu. On va dire que Pauline est une personne connue par ceux et celles qu’elle connait et qui la connaissent. Ce n’est pas une blogueuse, ce n’est pas un coach, c’est Pauline tout simplement, et cela est déjà beaucoup. Pauline je la côtoies à travers Ressources et Actualisation de Bruno Lallement. C’est un site où est proposé une méthode pour apprendre à méditer. Nous nous sommes trouvées sur le groupe facebook que Bruno a ouvert afin de permettre à toutes les personnes qui pratiquent la méditation avec la méthode puissent, partager leurs ressentis, leurs avancements, leurs questionnements et échanger sur les bienfaits de la méditation. Un groupe bienveillant où l’on fait donc de belle rencontre ( virtuelle pour l’instant, mais qui sait ??? hein Pauline ?). Pauline s’est donc elle aussi prêté au jeu des questions / réponses. Je te remercie.

Voici donc l’interview de Pauline Malzieu.

Le thème de l’interview est le même que les deux précédents

Le fait de trouver son bonheur et son harmonie

Pauline Malzieu

1- Bonjour Pauline, peux tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier , ton parcours, s’il te plait ?

Je m’appelle Pauline MALZIEU, j’ai 29 ans et suis née au Puy-en-Velay (43). J’habite depuis Janvier 2017 à Monistrol sur Loire. J’ai acheté une maison avec mon partenaire.

Aujourd’hui je suis comptable GERANCE au sein d’une agence immobilière (CITYA MONTCHALIN sur St Etienne (42)). Je m’occupe de la comptabilité des locataires et propriétaires.

Au départ, j’ai effectué un BAC Sciences et Technologies de la Gestion (STG) spécialité Comptabilité. Ensuite, j’ai effectué un BTS Comptabilité et Gestion des Organisations et terminé par une licence professionnelle de Management spécialité Comptabilité Finances. J’ai commencé mon premier travail fin 2011 à la Caisse d’Allocations Familiales : il s’agissait plus d’un travail administratif que comptable mais cela me plaisait beaucoup. Mais j’étais en INTÉRIM puis en CDD. J’ai terminé en Mars 2013 et j’ai postulé dans un cabinet comptable pour un CDD de 4 Mois puis dans une entreprise industrielle en tant que comptable pendant la durée de 10 Mois en CDD jusqu’en Septembre 2014. Là, je faisais de la pure comptabilité et commençais à m’en lasser. J’ai alors postulé sur INTERNET : un travail en tant que comptable dans l’immobilier se présentait à moi. Je me suis dit que ce serait plus administratif que vraiment comptable et depuis lors, je travaille dans l’immobilier depuis Septembre 2014 et m’y plais.

2 – On se connait depuis peu par le biais de Ressources et Actualisation. Avant de commencer la méditation quelle personne étais-tu ?

Je connais la méthode depuis Octobre 2017. J’étais une personne stressée et angoissée dès que je devais faire quelque chose que je ne maîtrisais pas. Je me sentais toujours jugée et incomprise aussi.

Aussi, j’étais une personne toujours insatisfaite et trouvais toujours des raisons pour me plaindre. Je n’avais pas confiance en moi et j’étais mal à l’aise lorsque je ne savais pas. Mon frère disait et répétait tout le temps que je ne comprenais rien et que j’étais toujours à l’ouest. J’ai mis beaucoup de temps à m’en défaire. C’est notamment grâce à de la psychothérapie et surtout grâce à cette méthode que j’ai pu m’en libérer totalement. J’ai compris au jour d’aujourd’hui qu’il faisait ces remarques de part son jeune âge également et que lui-même n’avait pas conscience de tout. Tout cela s’est beaucoup estompé. Quelle énergie !

3 – En quoi la méditation te fait du bien ? Que t’apporte t-elle ? Te permet-elle de te transformer ?

La méditation m’aide à prendre du recul au quotidien. Mais je ne la pratique pas tous les jours au calme. Je la pratique pour l’instant en pleine conscience dans mon quotidien. J’analyse mes comportements, mes émotions et je me mets à respirer lorsque ceci s’avère nécessaire. Cette pratique me donne de l’énergie et m’aide à relativiser dans mon quotidien lorsque cela va moins bien. J’apprend grâce à elle, à ne pas attendre des autres et à ne pas prendre au 1er degré ce qui me paraît négatif : aussi, elle m’évite de supposer et de prendre tout personnellement. J’apprend à faire de mes expériences (même moins heureuses) une force, plutôt qu’un apitoiement. (Comme cela m’arrivait avant).

4 – Qu’est ce qui te rend malheureuse et qu’est ce qui te rend heureuse ?

Ce qui me rend malheureuse c’est lorsque je mets du temps à prendre des décisions importantes. (Grâce à la méthode cela m’arrive moins souvent). C’est aussi lorsqu’avec mon copain, nous n’avons parfois pas les mêmes envies et pas le même rythme. Je sais qu’on ne peut forcer les gens mais je travaille aujourd’hui sur cet équilibre.

Ce qui me rend heureuse c’est la vie ! Prendre conscience que l’on respire sans effort, que j’ai une famille sur qui compter, des amis et un partenaire sur qui compter aussi, on a d’ailleurs acheter une superbe maison. L’environnement de travail et mon travail qui me plaît contribue à mon bonheur aussi car on y passe beaucoup de temps. En fait je me rends compte que d’apporter du bonheur aux autres me rend heureuse ! De là tout s’améliore autour de moi.

5 – Qu’est ce qui t’insupporte le plus dans ce monde actuel ?

Ce qui m’insupporte le plus, c’est lorsque les gens font des choses sans réfléchir aux conséquences, à la gravité. Par exemple, défraîchir la nature en jetant des déchets de partout, ou dans la mer, l’océan… Ou ceux qui sont mal dans leur peau et qui en viennent à la violence croyant résoudre leurs problèmes, alors qu’en faisant cela, la souffrance ne fait qu’augmenter.

6 – Quand as tu compris ce qu’il te fallait faire pour être heureuse et positive ?

J’ai compris lorsque j’ai réussi à trouver le boulot qui me convient. D’une part j’ai été en CDI, donc plus de stabilité et dans un domaine qui me plaît. La stabilité a été un déclic car elle m’a réellement permis de prendre du temps pour moi. Cela m’a donc rendu encore, d’autant plus que depuis le plus jeune âge, je me suis toujours posée des questions sur mes ressentis. Aussi, cela a eu le paradoxe d’être une personne hypersensible. J’en ai souffert car je me posais trop de questions et prenais pour moi les étapes difficiles des autres, me créant alors de la souffrance : j’ai compris tout cela en grandissant : que je ne pouvais pas être responsable des souffrances d’autrui et aussi que mes pensées négatives n’étaient en général que des illusions. Cela est une libération au jour d’aujourd’hui d’en prendre conscience !

7 – Faut-il, d’après toi avoir un environnement propice pour être heureux et en harmonie avec soi, ou est ce que chacun d’entre nous peut trouver le bonheur, peu importe la situation dans laquelle on est ?

Son environnement extérieur actuel dépend de notre environnement intérieur. C’est la méthode de Bruno qui m’a ouvert les yeux. Je me suis vraiment rendu compte que si on est heureux, les autres autour de nous sont mieux. Si on est positif, cela donne le sourire à soi et aux autres. Au contraire, si on est négatif, triste, on trouve que rien ne va. En revanche, si on a un état d’esprit ouvert et joyeux, on trouvera toujours une opportunité d’apprendre quelque chose, même si les journées se ressemblent.

Chacun de nous peut trouver le bonheur une fois qu’il a connaissance des outils à sa disposition. Il faut juste arrêter de suivre son mental qui nous fait vivre dans l’illusion. Il faut prendre conscience aujourd’hui, que chaque être a des ressources permettant de relever toutes les difficultés de la vie.

8 – Quels conseils aimerais ou donnerais tu à une personne qui n’a pas encore trouver le bonheur et l’harmonie ?

Je lui dirais de noter sur une feuille de papier d’un côté ce qui va avec les conséquences et émotions que cela implique et d’un autre côté, tout ce qui ne va pas avec les conséquences et émotions que cela implique.

Dans une troisième colonne, noter en face de ce qui ne va pas, les raisons premières qui vous viennent (métier non passionnant, répétitif, mésentente avec ma fille…) et ce que j’ai pu provoquer personnellement pour que la situation ne me convienne pas au jour d’aujourd’hui, il convient de ne pas nier les faits et d’être très honnête envers soi-même. Pour cela ne vous jugez pas. Proposez dans une quatrième colonne, des solutions pour vous sortir de ce qui ne vous convient pas.

Vous pouvez aussi vous remettre en question :

1°) Comment je me trouve à ce jour et qu’est-ce que je voudrais changer ?

2°) Cultivez petit à petit ce que je souhaite changer sans se mettre la pression et apprécier chaque amélioration.

Si vous ne trouvez pas de solutions dans un premier temps, ne dramatisez pas. Laisser faire les choses et commencer à avoir de l’amour pour vous et les autres dans l’instant présent, sans faire d’histoires. C’est reposant et ça change la vie !

9 – Veux tu partager ou dire autre chose ?

Vive la vie et les rencontres que l’on fait !Lorsqu’on n’a pas d’attentes, il se passe des choses incroyables car on ne se préoccupe ni du passé, ni du futur. Vivez l’instant présent, seul

celui-ci est VÉRITABLE. Tout le reste est INTERPRÉTATION.

En résumé, pour être heureux, soyez spontané, patient, cultivez la bienveillance et la gratitude ! Et Ecoutez BRUNO LALLEMENT.

 

 

LUNDI 8 Octobre 2018,

Bonjour,

Nous voilà à nouveau pour un deuxième rendez-vous d’interview.

Aujourd’hui, je vous présente Stéphanie Leschiera fondatrice du site CREER ETC. J’ai fait la connaissance de Stéphanie de façon virtuelle il y a un peu plus d’un an je crois ( Stéphanie ? ). En pleine introspection, en pleine recherche d’outil pour mon bien être, mon accomplissement, j’ai trouvé Stéphanie et ses services. J’ai alors rapidement participé à quelques ateliers d’écriture: Voyage au cœur de la nature et Voyage au cœur de 2017. Deux magnifiques ateliers où j’ai découvert que j’aimais écrire ( du moins que je pouvais oser écrire malgré ma dyslexie ! ),  et où je me suis autorisée à écrire.

Voici donc sans plus attendre l’interview de Stéphanie, qui a elle aussi répondu oui, à mon invitation. Merci du fond du cœur.

 

Cet interview, porte sur

Le fait de trouver son bonheur et l’harmonie

 

 

STEPHANIE LESCHIERA

L’écriture comme outil d’expression de soi et de bien-être

1- Bonjour Stéphanie, peux tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier , ton parcours, s’il te plait ?

Bonjour ! Aujourd’hui j’accompagne les personnes à transformer petit à petit leur vie en faisant de l’écriture un outil puissant de découverte de soi et d’épanouissement. Je le fais à travers des ateliers d’écriture autobiographique (le plus souvent autour d’une thématique) et au sein d’une communauté appelée « Le labo de Créer etc. » dans laquelle je propose diverses activités autour de l’écriture.

Déjà dans mon métier d’enseignante que j’ai laissé il y a dix ans, l’écriture prenait une grande place… à travers les correspondances avec d’autres classes et surtout le journal que nous créions avec mes élèves, réunissant leurs textes le plus souvent autobiographiques. Plus tard l’écriture est venue dans ma vie grâce à de longs textes dans mes pages de scrapbooking. Dans les ateliers que j’animais alors, j’encourageais toujours les participantes à écrire quelques mots dans leurs créations. Puis les photos et les décorations ont disparu pour faire de l’écriture l’outil essentiel de ma créativité et même au-delà, de mon bien-être.
Mes études en sciences de l’éducation, mon expérience d’enseignante (de 1991 à 2009) et de formatrice pour adultes (de 2004 à aujourd’hui) m’ont permis de me forger de solides compétences en pédagogie et en accompagnement.
Les autres flèches à mon arc, je les ai glanées à travers diverses formations (ateliers d’écriture, formation à la Communication Non Violente, formation aux outils de la PNL (programmation Neuro-Linguistique)), à travers mes lectures et surtout, au fil de toutes les pages écrites, jour après jour !

2- Tu proposes des ateliers d’écriture en ligne sur ton site, pourquoi ? et pour qui ?

Mes ateliers sont ouverts à tous ils ne demandent aucun pré-requis ou niveau d’écriture. Ils s’adressent aux personnes qui ont envie de mieux se connaître, de réfléchir à leur histoire, leur parcours, et aussi de modifier le cours de leur vie pour qu’elle soit encore plus belle. Ensemble, mot après mot, nous apprenons à être acteurs de nos vies, en gagnant de la confiance et de la clarté dans ce que nous voulons et ne voulons plus ! J’ai choisi de faire des ateliers en ligne pour permettre aux personnes de s’organiser comme elles le souhaitent et de placer leurs temps d’écriture quand c’est le meilleur moment pour elles. J’ai voulu aussi pouvoir m’adresser à toute la francophonie, et grâce à l’outil merveilleux qu’est internet c’est possible !

3- Que t’apporte le fait d’accompagner les personnes dans leur écriture ?

Cela contribue à ma propre évolution. Comme j’ai grandi en élevant mes trois enfants, je continue à grandir en accompagnant mes clients. A travers leurs textes, leurs difficultés et leurs joies, ma vision du monde s’agrandit et m’enrichit chaque jour. Et lorsque je vois l’une ou l’autre de mes clientes (car ce sont essentiellement des femmes) s’engager dans un nouveau projet de vie (personnel ou professionnel) et le réussir, cela me remplit de joie !

4 – Qu’est ce qui te rend malheureuse et qu’est ce qui te rend heureuse ?

Je suis très sensible aux injustices qu’elles quelles soient. Partout où il y a de l’injustice, il y a de la tristesse pour moi. Cela peut être dans ma vie personnelle ou plus globalement autour de moi. Pour ce qui est du bonheur et être heureuse, je m’applique à cultiver la gratitude chaque jour et la pensée positive. J’ai commencé grâce à ma thérapeute il y a 5 ans et je continue car les effets sont très bénéfiques sur moi. Du coup de toutes petites choses peuvent me rendre heureuse, comme un rayon de soleil au milieu d’une journée grise ou la rencontre d’un animal sauvage lors d’une de mes balades. Les piliers qui font mon équilibre sont ma famille, mon travail avec Créer etc. et la nature. Je veille donc à prendre le temps pour me consacrer à chacun de ses piliers tout en gardant du temps pour moi.

5 – Qu’est ce qui t’insupporte le plus dans ce monde actuel ?

Les injustices sociales comme je le disais plus haut. Entre les pays industrialisés et les autres pour commencer, et même au sein de notre pays, entre les plus pauvres et les plus riches.

6 – Quand as tu compris, toi, ce qu’il te fallait pour être heureuse et positive ?

En 2012, après un burn-out au travail non diagnostiqué car à l’époque on n’en parlait encore pas trop et une instabilité de quelques années entre plusieurs petits boulots j’ai fait une dépression. C’est ce qui m’a permis de rencontrer une super thérapeute avec qui j’ai commencé à réapprendre à prendre soin de moi et à voir la vie du bon côté. Grâce à elle, des lectures, ma participation au défi des 100 jours, j’ai pu trouver les outils qui me convenaient et entre autres l’écriture de soi. Depuis j’explore, je tâtonne et je découvre toujours. Depuis peu j’ai commencé la méditation, c’est encore un peu compliqué pour mon esprit créatif plutôt agité mais je sais que j’y trouverai la concentration et l’efficacité qu’il me manque parfois alors je m’accroche !

7 – Faut-il, d’après toi avoir un environnement propice pour être heureux et en harmonie avec soi, ou est ce que chacun d’entre nous peut trouver le bonheur, peu importe la situation dans laquelle on est ?

Je pense que c’est ouvert à tout le monde à condition toutefois que les besoins vitaux soient assurés. Si on doit se battre chaque jour pour manger, payer les factures, assurer un minimum à ses enfants, cela me paraît difficile. Mais si cette base là est assurée oui le bonheur ou j’aime plutôt dire le bien-être est vraiment accessible à tous. Le plus difficile à comprendre c’est que ce n’est pas un état mais plus un processus. Des attitudes et des habitudes à mettre en place. Il y aura toujours des événements stressants ou tristes dans notre vie, la différence se fera dans notre façon de surmonter les obstacles.

8 – Quels conseils aimerais ou donnerais tu à une personne qui n’a pas encore trouver le bonheur et l’harmonie ?

Il n’est jamais trop tard pour commencer à s’occuper de soi et pour changer le cours des choses. Parfois en intégrant juste une nouvelle habitude, le déclic arrive et on commence à penser différemment et à voir ce qui nous entoure avec un autre regard. Je propose par exemple un petit exercice quotidien d’écriture qui s’appelle les petites listes (lien pour s’inscrire : https://creretc.activehosted.com/f/43 ) qui en dix minutes par jour peut apporter beaucoup sur la connaissance de soi.

Et puis pour moi c’est un cheminement vers une vie qui nous ressemble… en route on récolte des moments de joie, des moments de paix, des moments de bien-être. L’essentiel réside dans le fait de pouvoir en profiter un maximum, et tout cela s’apprend, pas après pas.

9 – Veux tu partager ou dire autre chose ?

Merci à toi pour ton invitation Irène cela me touche beaucoup et bravo pour ce nouveau site internet ! Belle créativité à tous !

Merci Stéphanie

Le labo de Créer etc. : https://www.creeretc.com/laboratoire-ecriture-experimentale/

Créer etc. : https://www.creeretc.com/

 

 

 

LUNDI 1 Octobre 2018,

Bonsoir,

C’est toute émue que je présente ce premier interview, d’une longue liste, je l’espère !

J’ai déjà envoyé plusieurs demandes, à la fois à des personnes que je connais, d’autres que je connais moins et d’autres dont je viens juste de faire leur connaissance.

Tous ( presque ), me répondent favorablement.

Je les en remercie, vivement, chaleureusement….

Alors pour ce premier interview, j’ai demandé à mon amie, collègue, consœur,  Diane Rousseau de bien vouloir se prêter  au jeu des questions / réponses.

Avec Diane, c’est une histoire virtuelle depuis oh ???? je ne sais plus …. Diane ??? tu te souviens ??? nous étions sur un forum  Atelier Magique. Ce forum, dédié à l’artistique, proposait des rencontres de temps en temps. Nous sommes passés du virtuel au réel ainsi. Nous nous sommes vus, avec d’autres membres du club, lors de sorties, dans des endroits où nous pouvions nous délecter d’expositions et autres plaisirs liés aux arts. Puis de retour derrière nos écrans, nous n’avons pas eu l’occasion de nous revoir depuis quelques années. Mais, je crois pouvoir dire, qu’une amitié s’est installée ( Diane ? ).

Bien, j’arrête de parler pour laisser place à cet interview, ce PREMIER, avec Diane Rousseau.

Cet interview, porte sur

Le fait de trouver son bonheur et son harmonie

DIANE ROUSSEAU – Artiste-peintre, accompagnante en créativité, art thérapeute 

1 – Bonjour Diane, peux tu te présenter en expliquant qui tu es, quel est ton métier et ton parcours, s’il te plait ?

Je suis artiste-peintre, auteure pour la presse artistique (rédaction d’articles et démonstrations techniques) et accompagnante en créativité au sein de mon atelier et d’associations locales. Au jour d’aujourd’hui, je termine également ma formation d’art-thérapeute. Ma vie a un jour fait un virage à 180 degrés quand j’ai décidé de ne plus être salariée du secteur tertiaire mais de devenir indépendante dans le domaine qui me ressemble le plus : l’art et la créativité. J’ai repris des études à 36 ans pour décrocher ma licence d’arts plastiques avec le CNED et la Sorbonne. J’ai ensuite créé mes ateliers qui cheminent sur leur septième année. D’une quinzaine d’élèves au début j’en suis à présent à une soixantaine. L’art-thérapie est venue à moi comme une évidence : j’accueille, accompagne et aide déjà, j’avais envie d’aller encore plus loin. Au cours de ma formation j’ai découvert le riche milieu du polyhandicap. Humainement, j’y ai appris énormément !
2 – Tu as sur ton site, noté  » accompagnante en créativité » Comment définis tu cette activité ?
 Et bien, pour moi, accompagner ce n’est pas « faire à la place de » mais proposer, suggérer (une thématique, un médium, un geste…) tout en soutenant la créativité sans jamais juger. Par exemple, un enfant qui peint des cadavres ou dessine des armes est en droit de le faire, ça ne veut pas dire qu’il va mal. Idem pour les couleurs : le noir n’est pas destiné aux oiseaux de mauvaises augures ! Les idées préconçues doivent rester à la porte de l’atelier ! 
3 – Que t’apporte le fait d’accompagner les gens dans leur créativité ?
 Je ne saurais dire : les mots font « trous » avant de faire sens (clin d’oeil psychanalytique) ! Ils manquent. Je me sens à ma place, voilà tout. C’est quelque chose d’intérieur…
4- Qu’est ce qui te rend malheureuse et qu’est ce qui te rend heureuse ?
Rien ne me rend malheureuse… mais en colère, ça oui ! Qu’on s’en prenne aux enfants, aux animaux ça, ça me rend furax ! Quant au bonheur, la liste serait trop longue ! Le moindre petit truc idiot peut me faire rire. Les créatifs s’amusent d’un rien ! 
5- Qu’est ce qui t’insupporte le plus dans ce monde actuel ?
Réponse ci-dessus. 😉 Et puis j’avouerai que, personnellement, j’ai du mal avec la norme et l’autorité. ^^
6- Quand as tu compris, toi, ce qu’il te fallait pour être heureuse et positive ?
Je crois que toute personne sait intimement ce qui la rend heureuse. C’est juste que beaucoup l’ont oublié ou n’osent se l’avouer.
7 – Faut-il, d’après toi avoir un environnement propice pour être heureux et en harmonie avec soi, ou est ce que chacun d’entre nous peut trouver le bonheur, peu importe la situation dans laquelle on est ?
 Le bonheur est une ressource humaine inépuisable. Chaque individu le fabrique et est responsable de la gestion de son stock. L’environnement, la situation peuvent contribuer au bonheur pour certains mais ne garantissent rien au final. L’harmonie n’est pas forcément le bonheur. C’est plutôt une forme de plénitude qui fait dire que même dans le malheur on peut trouver la grâce.
8 – Quels conseils aimerais tu donner ou pourrais tu donner à une personne qui n’a pas encore trouver le bonheur et l’harmonie ?
Prends une feuille. Trace deux colonnes. Liste d’un côté ce qui te rend heureux(se) et de l’autre ce qui ne te rend pas heureux(se). Analyse ta liste. Pour chaque élément qui ne te rend pas heureux(se) vois si tu peux les transformer, leur ajouter quelque chose d’un peu fun. Par exemple si tu détestes faire quelque chose d’obligatoire et que cela t’énerve de le faire, trouve la manière de transformer cette tâche en jeu. Pour les choses que tu ne peux pas changer, tu vas devoir prendre un peu sur toi et t’entrainer à analyser tes pensées. L’acceptation n’est pas du renoncement. L’acceptation est une étape pour te faire grandir et imaginer la suite ! Nous ne sommes pas sur terre pour nous tourner les pouces, il y a plein de boulot et ça commence par toi aussi. 😉 Quant à ta liste de choses qui te rendent heureux(se), vois-la comme une liste d’antidotes à utiliser quand ton baromètre du moral est au plus bas. 😉
9 – Si les gens veulent te trouver où peuvent-ils le faire ?
Le site de mon atelier : http://atelierblanc.dianerousseau.fr
L’actualité de mon atelier et les créations de mes élèves: https://www.facebook.com/atelier.blanc.77

 Merci Diane, pour tes réponses, je te dis à très vite….

C’est moi qui te remercie Irène. 😉 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s